ERETZ – Jérémy Dumont 5tet

Cela s’appelle Eretz, la terre en hébreu. Comme si Jérémy Dumont voulait ancrer sa musique dans le terreau traditionnel du jazz et, en même temps, en montrer toute la diversité. Au long de sept compositions du pianiste et de deux standards, Jérémy offre un jazz plein, intense, enthousiasmant. Pas d’avant-garde minimaliste ici. Mais un jazz contemporain qui swingue et qui groove, qui invente et qui dynamise, avec l’aide précieuse des comparses que le pianiste a choisis : le sax américain Godwin Louis, la trompette belge Jean-Paul Estiévenart, la contrebasse française Damien Varaillon et la batterie italienne Armando Luongo.
C’est dru comme du hard bop, avec des harmonies intenses, des sonorités amples, des impros somptueuses. Celles de Louis et d’Estiévenart, évidemment, déroutantes et revigorantes. Celles de Jérémy lui-même également, qui tire du clavier des lignes bousculées et bousculantes.

Jean-Claude Vantroyen
Le Mad – mercredi 3 avril 2019