All posts in septembre 2015

Article Dragon Jazz 09-2015

Jérémy Dumont Trio : CD release

Resurrection (Autoproduction), Septembre 2015

Jeremy Dumont (piano); Victor Foulon (contrebasse); Fabio Zamagni (batterie) + Invité : Fabrice Alleman (sax ténor & soprano)
Try – Resurrection – One day – Sneak into – Matkot – Blues for Tilou – Aaron – Excitation – In between – Since that day
Pour l’auditeur, un premier essai discographique est toujours un voyage en terre inconnue même si celui-ci est en quelque sorte adoubé par le saxophoniste Fabrice Alleman, invité à jouer sur quatre des dix compositions originales du répertoire. Les titres interprétés en trio dénotent une approche éclectique, certains comme One Day ou Aaron s’avérant plus lyriques, fragiles et déambulatoires, évoquant de longues ballades sinueuses sur des sentiers ombragés, et d’autres comme Since That Day ou Resurrection, plus épiques avec leurs flux de notes dynamiques et leur esthétique arborescente. Dans tous les cas le pianiste fait preuve d’un phrasé souple et mobile bien en phase avec la profusion de ses idées. Le duo rythmique qui l’accompagne, composé du contrebassiste Victor Foulon et du batteur Fabio Zamagni, s’adapte sans peine aux humeurs du leader, soulignant ou relançant avec à-propos les phrases musicales tout en préservant une respiration qui procure une impression de légèreté à l’ensemble.

Les morceaux joués en quartet en compagnie de Fabrice Alleman donnent d’autres nuances à l’album. Sur Blues For Tilou, son saxophone ténor, qui affiche toujours un timbre aussi beau, n’a aucun mal à s’intégrer à ce trio dont l’univers n’est pas très éloigné du sien: le thème est superbe et les improvisations, aussi bien au piano qu’au ténor, de haut vol. Sur Sneak Into et sur In Between, Alleman passe au soprano et délivre des circonvolutions enivrantes, imprimant sa propre personnalité à la musique. Quant à Excitation, qui porte bien son nom, il surgit comme un météore, attaquant avec fougue sur un thème hard-bop qu’on croirait emprunté à Thelonious Monk. La connivence entre le souffleur et le pianiste est télépathique tandis qu’on assiste à une démonstration décapante de swing roboratif d’où tout le monde sort gagnant. Jérémy Dumont y prouve en tout cas qu’il a beaucoup travaillé son instrument et étudié ses classiques. Bref, si vous appréciez le piano jazz sensible, vif et créatif, au croisement des styles de Brad Mehldau, Chick Corea ou Herbie Hancock (des noms cités davantage pour référence que comme modèles),Resurrection vous est largement recommandé. A écouter en gardant un œil sur la superbe pochette colorée réalisée par un jeune et talentueux artiste bruxellois dont les œuvres sont signées L’Art de Noé.