All posts in octobre 2012

Interview europmag – 2012

Jazz – Jérémy Dumont

Jérémy Dumont est né à Bruxelles. Il commence à étudier le violon à l’âge de 5 ans. Après un passage comme choriste à la Maîtrise de la RTBF, il entame le piano à l’âge de 12 ans avec la concertiste Karin Lechner. Il achève ses études secondaires en option piano classique au Conservatoire Arthur Grumiaux de Charleroi. Il complète sa formation par un cours d’improvisation jazz avec Thomas De Prins à l’académie Jacques-Dalcroze. C’est à ce moment-là qu’il décide de s’orienter définitivement vers le jazz. Il passe une année au JazzStudio d’Anvers et participe à de nombreux stages en Belgique et à l’étranger, tout en poursuivant des cours privés de piano classique avec Geneviève Vandermeulen et de jazz avec Ivan Paduart et Eric Vermeulen. Sa rencontre avec les Grands du jazz belge le séduit et il entre au Conservatoire Royal de Bruxelles, dans le cours d’Eric Legnini.
Dans le dernier né de ses ensembles, Le Jérémy Dumont Trio, Jérémy s’entoure de Bas Cooijmans à la contrebasse et de Fabio Zamagni à la batterie. Le répertoire du trio est constitué de compositions personnelles et puise également dans les «classiques» des trios de Chick Corea, l’un de ses principaux inspirateurs. Leurs interprétations, sensibles mais néanmoins dynamiques, leur a permis de remporter en 2012 le 1er prix du concours «Jeunes Formations» au festival de jazz de Comblain-la-Tour.

Il achève cette année son Master au Conservatoire Royal de Bruxelles, tout en donnant de nombreux concerts en divers endroits de Belgique, France et Luxembourg, et projette de perfectionner sa formation à l’étranger.

Extraits de l’interview que Jérémy Dumont a accordée à Etienne Payen :

Vous êtes bien présent sur la scène belge depuis quelques mois, le public vous semble acquis, mais on ne sait pas forcément beaucoup de choses sur vous. Merveilleuse opportunité de vous poser quelques questions sur vous et sur le jazz, votre activité paraît débordante, vos choix semblent hétéroclites. Est-ce un hasard de la vie, un état d’esprit, un goût de la découverte? Ou un hasard ?
Durant mon parcours, je suis allé à la rencontre de différents styles, surtout des dérivés du jazz car il s’agit du hip hop, de la soul et du funk. Mais je suis aussi attiré par des styles totalement différents, tels que la drum’n bass, le dupstep, l’électro. Ce n’est pas un hasard si j’ai créé le groupe BPM ou si je fais partie des Man on Fire and the Soldiers, car ce sont des styles dont j’ai été imprégnés durant ma jeunesse. C’est vraiment par goût.

Parmi tous ces genres, quel est celui qui vous correspond le mieux ?
C’est peut être bien le style jazz de Chick Corea, mais il a tellement de facettes différentes que cela ne peut se résumer qu’à cela. En effet j’adore Chick Corea et sa manière de jouer, essentiellement dans ses trios jazz, par exemple l’album: Now he sings, now he sobs ou The Chick Corea new trio. Mais je suis aussi très fan d’autres pianistes «anciens» comme Bill Evans, Mc Coy Tyner et Kenny Kirkland et d’autres plus «récents» comme Kenny Werner ou Joey Calderazzo m’inspirent énormément.

La musique qui vous fait planer ?
Un bon morceau de jazz qui swingue à mort comme le quartet de Coltrane sur On resolution ou Brandford Marsalis quartet avec un solo enragé de Joey Calderazzo sur In the crease avec Jeff tain Watts.

La musique qui vous fait “pleurer” ?
Erik Vermeulen sur un morceau de Charles Loos Grawling Face et un autre style Under the bridge des Red Hot Chili Peppers.

En toute modestie, vos qualités de musicien ?
Il est toujours difficile de juger ses qualités, mais peut être la musicalité, jouer avec les dynamiques, l’envie de développer mes idées en solo, et une oreille attentive.

Un avis sur la scène jazz belge ?
J’adore le jazz belge, on a des musiciens incroyables en Belgique. J’ai toujours adoré l’esprit des musiciens de jazz belges qui sont si humbles et généreux et qui possèdent des niveaux clairement internationaux et remarquables !

Des envies de partir, de vous expatrier ?
New York évidement serait un rêve! J’y suis allé et c’était fantastique, la musique vit vraiment là-bas !

Comment vous voyez-vous dans 10 ans?
J’espère avoir percé dans le jazz, dans la musique, ici ou ailleurs, être appelé pour jouer avec des grands du jazz, faire des arrangements pour des musiques de film au cinéma, peut-être même produire….

Question traditionnelle pour terminer, si je vous donnais une baguette magique mais qui ne peut fonctionner qu’une seule fois, qu’en feriez-vous ?
Je voudrais posséder le «time» et le placement de Petrucciani.

JD pour site web Jérémy